La blessure d’injustice ou le masque de la rigidité

La blessure d’injustice ou le masque de la rigidité


.Vous êtes peut-être proche de ce personnage en proie à la détresse et à l’effroi, tellement égaré dans ce monde d’une violence inouïe… insoutenable légèreté du masque de l’injustice et intolérable violence faite contre soi-même !

Gustave Courbet, Public domain, via Wikimedia Commons

LA BLESSURE D’INJUSTICE

La peinture de Gustave COURBET, « Le désespéré » (1843-45) ne nous laisse pas indifférent. Ce regard nous rappelle en effet combien il est difficile après un deuil, celui d’un enfant, d’un amour, d’un parent, d’un idéal, d’une condamnation de trouver l’envie de continuer.

Des études menées par John PIERRAKOS — psychiatre américain — ont démontré, identifié, répertorié, observé qu’il y a un lien entre les blessures intérieures appelées blessures de l’âme et l’apparence extérieure de l’humain, son masque extérieur, sa carapace. C’est pourquoi nous portons tous un masque, et souvent même plusieurs ! Ce reflet de nous-même, quand nous prenons le temps de l’observer, peut mettre en lumière une ou plusieurs blessures de l’âme jusqu’alors invisibles. On peut les regrouper en cinq grandes familles :

L’injustice, le rejet, l’humiliation, l’abandon, la trahison

Tout d’abord, il convient de remarquer que les blessures de l’âme sont très profondes. Parvenir à s’en libérer, c’est mettre en lumière l’essence de soi. Elles sont fondamentalement liées à notre existence : car elles donnent un ton, une couleur, une résonance, des vibrations à celle-ci, elles sont notre partition intérieure en quelque sorte. Ces blessures conditionnent notre rapport aux autres et notre mode de fonctionnement, influencent nos pensées et nos comportements, en laissant derrière elle des ancrages et/ou des blocages en eaux troubles, profondes et dévastatrices.

Dans cet article, nous nous intéressons plus en détail à la blessure d’injustice, et au masque de la rigidité qui y est associé. C’est un chemin indispensable pour appréhender en pleine lumière la blessure de l’injustice. Dans les semaines à venir, nous questionnerons à tour de rôle ces cinq blessures. Faisons tomber les masques, vers une rive nouvelle, en pleine conscience, en pleine lumière !

Le Masque de la Rigidité

La blessure du rigide (injustice) est intrinsèquement liée à la blessure du fuyant (rejet). Alors que la blessure du rejet touche profondément à l’être, la blessure d’injustice touche à l’avoir et au faire.

  • Origine : Traumatisme avant six ans avec le parent du même sexe, au moment où l’enfant prend conscience de sa singularité et des différences qui l’oppose au monde extérieur.
  • Morphologie : Rigidité générale, corps droit, bien proportionné, taille serrée par un vêtement ou une ceinture. Mouvements rigides, manque de souplesse. Cou raide et tendu. Droiture de fierté.
  • Comportement : Le rigide est dynamique mais peu flexible, et manque de souplesse psychologique. Perfectionniste et envieux, il se coupe de son ressenti, de ses émotions et croise souvent les bras en signe de fermeture. Il cherche la perfection et se justifie beaucoup. Il a du mal a admettre qu’il rencontre des problèmes. Ses choix font l’objet d’une constante remise en question. Il aime l’ordre, la mesure, les règles et a tendance s’auto-contrôler en exigeant beaucoup de lui-même. Colérique et froid, difficile pour lui d’exprimer son affection pour les gens qu’il aime. Le rigide n’aime pas se mettre en retard, mais il prend beaucoup de temps pour se préparer. Il manque souvent de nuance, car il a tendance à exagérer les choses en utilisant les mots « jamais » « toujours »  ou « très ».
  • Relations aux autres : Grande affectivité. Lorsqu’il est ému, le rigide tente de le dissimuler mais le ton de sa voix devient sec et raide. Le rigide aime mettre au courant les autres de tout ce qu’il a fait ou a à faire. Contrairement au contrôlant, qui agit de la même manière pour prouver qu’il est responsable, le rigide veut mériter une récompense. Le rigide a du mal a accepter des cadeaux car il se sent alors redevable.
  • Vocabulaire : « Pas de problème », « toujours», «jamais», «très bien», «justement», «exactement», «d’accord»
  • Plus grande peur : La froideur

LE COACHING : PREMIÈRE ÉTAPE VERS LA RECONSTRUCTION DE SOI

Vous êtes-vous reconnu(e) derrière ce masque ? Vous souffrez peut-être vous aussi de cette blessure d’injustice… Oserez-vous l’affronter ?

Reprendre confiance en vous, retrouver votre enracinement et faire renaître force et énergie pour vous reconstruire ! Ce n’est pas toujours possible seul. Pour aborder ce travail difficile mais essentiel à votre reconstruction, en tant que coach de vie, je vous propose un accompagnement adapté à vos urgences.

Vous pourrez en savoir plus sur mon travail en cliquant sur « Ma Méthode » et sur les solutions adaptées à vos souffrances sur « Prestations ».

0 commentaire publié Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.