Comment accoucher de soi ? La vérité et le mensonge…

Comment accoucher de soi ? La vérité et le mensonge…


Il faut lutter contre la niaiserie facile et démagogique des « bourreaux du moi ».
Je crois à l’intelligence de l’Homme, je sais que l’intelligence émotionnelle est une toute autre vision, un angle mort, qui retient sous toutes ses formes nos peurs archaïques, lointaines, oubliées, transgénérationnelles.

MÉTHODE HOLISTIQUE DES ÉMOTIONS SILENCIEUSES

Accoucher de soi, c’est mettre au monde nos plus noires solitudes, notre si fragile condition, nos pires désillusions, nos extrêmes folies (phobie, addictions, pulsions). Aussi nos amours qui ont « mal à la tête », nos matérialités qui vont de concert avec nos besoins que nous croyons être nos désirs… Et si derrière chaque peur se cachait le désir de s’en libérer ?

 

la musique des anges (1881) —William-Adolphe Bouguereau (domainE Public, via Wikimedia Commons)

 

Il nous faut cultiver nos points d’interrogations, pour agir sur notre intelligence émotionnelle, et relationnelle au monde, aux autres qui nous enferment, mais surtout à nous-même.

Il nous faut faire voler en éclats les superstitions, les clichés, les scenarios tout fait, les lourdeurs banalisées, afin de trouver sa question, et donc la possible révélation de notre réponse. Par une libération des émotions et de la raison, devenons créatifs et mettons dans le monde notre singularité, tout en prenant place, trace, dans ce cercle qu’est l’univers spirituel et psychique.

Alors, je ne prétends pas avoir la vérité, la vérité est la sœur du mensonge aux autres et à soi ! Par la maïeutique, je vous invite, je vous guide et je vous aide à accoucher de vous !

Ceci n’est pas une pipe ? Qu’est-ce donc alors ?

 

« René Magritte: Ceci n’est pas une pipe. » by outtacontext is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

La Trahison des Images est une toile peinte en 1929 par René Magritte (1898 – 1967) dont le procédé a ensuite inspiré de nombreux dérivés. Le premier tableau est le fameux “Ceci n’est pas une Pipe”. Cette série de tableau a été réalisée pour sa belle-sœur afin de décorer son magasin, rue du Marché au Charbon à Bruxelles.

Ces toiles sont devenues parmi les travaux artistiques les plus emblématiques du monde, car ils représentent un paradoxe grâce à une affirmation simple et vraie.

Alors qu’est ce que c’est si ce n’est pas une pipe ? C’est un dessin tout simplement ! Et plus précisément le dessin d’une pipe…

Nous voyons ce que nous croyons et nous croyons ce que nous voyons. Mais, lorsque nous sommes aveuglés, éblouis par la souffrance, l’abandon, la peur, le deuil, le vide, comment s’en extraire et faire accoucher un autre territoire, un nouvel angle de vue ? 
Comment éviter de confondre son point de vue avec la réalité du phénomène ?

Allégorie des planètes et des continents — Giovanni Battista Tiepolo (domainE PUBLIC, via Wikimedia Commons)

En quoi cela redonne-t-il du sens à nos sens, à nos douleurs, à nos absences, à nos colères à nos schémas conditionnés ? Les résultats pratiques des modifications comportementales recherchées permettent moins d’acquérir une connaissance de son moi véritable, que de d’apprendre à regarder autrement, à se décentrer de soi pour élargir sa vision et commencer à prendre de la hauteur. Il s’agit de changer notre terre d’exil, de retrouver notre humanité, de prendre les rênes de nos maux !

Alors, non, ce n’est pas facile, cela bouscule, mais au bout du chemin, une joie profonde, une remise en mouvement, une projection subtile vers l’extérieur !

Si, la connaissance de soi, l’alignement personnel, l’épanouissement n’étaient pas ce rétrécissement, cette concentration narcissique, autarcique que l’on vous propose sous toutes les formes, alors comment y parvenir ?

Voici trois pistes désirables pour se mettre dans la bonne direction :

 1. L’imagination

Une sorte de théâtre, où passent des perceptions successives, en entrant, en repassant, en s’esquivant. En se mélangeant, une variété infinie de situations, de positions, d’images mentales qui sont en quelques sorte une collection picturale, verbale, sensorielle, comme identique à la conscience.

Outils : conte, visualisation, dessin, musique, voix chantée

2. La perception

Nous formons l’idée d’un moi à partir des causes que nous croyons être les coupables et à partir de ressemblances auxquelles nous nous identifions.

Outils : art pictural, travail des sens, évaluation HPE, questions maïeutiques, musique et chant

3. L’improvisation et le désordre mental

Il s’agit d’écrire sa vie et de la raconter sans mettre de point. Seulement une virgule pour visiter, revisiter, nos peurs et notre solitude autrement, sous le regard intuitif et enveloppant d’un « miroir-écho » dont je dessine la grille de lecture pour faire une passerelle entre vous et vos maux.

Outils : créativité manuelle, écriture scénariste, texte poétique, mise en scène de votre histoire, exercices de guérison

L’enlèvement de Psyché — Oscar Pereira da Silva, Pinacothèque de l’État de São Paulo, (Domaine Public, via Wikimedia Commons)

 

 

LA VÉRITÉ ET LE MENSONGE

Je vous invite à découvrir ou redécouvrir cette fable…

Une légende raconte qu’un jour la Vérité et le Mensonge se sont rencontrés.

– Bonjour, a dit le Mensonge.
– Bonjour, a dit la Vérité.
– Belle journée, a continué le Mensonge. Alors la Vérité regarda le ciel pour voir si c’était vrai. Ça l’était.

– Belle journée, acquiesça la Vérité.
– Le lac est encore plus beau, a dit le mensonge avec un séduisant sourire.
Alors la Vérité a regardé vers le lac et a vu que le mensonge disait la vérité. Elle était d’accord et a hoché la tête.

Le Mensonge a couru vers l’eau et a lancé …
– L’eau est encore plus belle et tiède. Allons nager !

La Vérité a effleuré l’eau de ses doigts et l’a trouvé vraiment belle et tiède.

Alors la Vérité a fait confiance au mensonge. Les deux ont enlevé leurs vêtements et ont nagé tranquillement.

Un peu plus tard, le mensonge est sorti, il s’est habillé avec les vêtements de la vérité et il est parti.

La Vérité est sorti de l’eau. Elle n’a pas trouvé ses affaires laissées au bord.

Incapable de porter les habits du mensonge elle a commencé à marcher toute nue. Tout le monde s’éloignait, gêné de la voir si nue et préférant l’éviter.

Attristée, abandonnée, la Vérité se réfugia au fond d’un puits.

C’est ainsi que depuis lors les gens préfèrent accepter le Mensonge déguisé en vérité, que la Vérité nue.

LA VÉRITÉ SORTANT DU PUITS (1896) – JEAN-LÉON GÉRÔME (DOMAINE PUBLIC VIA WIKICOMMONS)

Et vous, quelle obscurité cache votre lumière ?

Explorez les masques que vous portez en répondant à cinq questions et découvrez les blessures de l’âmes qui vous caractérisent :

 

ACCÉDEZ AU TEST GRATUIT

 

 

0 commentaire publié Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.